Décodez vos bonnes résolutions de 2020



Les bonnes résolutions sont des tentatives inutiles pour changer les lois de la nature. Leur origine est de pure vanité et leur résultat est nul.


A chaque fin d’année, beaucoup d’entre nous se sentent poussés de prendre des bonnes résolutions. 

Certains suivent ce rituel en proclamant les actions qu’ils veulent entreprendre alors que d’autres clament haut et fort qu’il n’y a rien dans leur vie qui nécessite un changement.

Quoi qu’il en soit, chacun est à la recherche d’un objectif. Pour les uns, c’est d’espérer de changer pour obtenir quelque chose de plus et pour les autres, c’est d’espérer de ne pas devoir changer pour préserver un acquis. Force est de constater que nous ne parviendrons rarement au résultat souhaité et que les circonstances extérieures joueront par principe en notre défaveur.

Les bonnes résolutions sont des tentatives inutiles pour changer les lois de la nature disait Oscar Wilde.

En effet, il est difficile de nous changer car il s’agit de lois psychologiques vieilles de millions d’années qui ont fortement déterminé notre comportement.  Le cerveau humain est programmé pour épargner de l’énergie que le corps a besoin pour garantir la survie de notre espèce. Chaque effort inutile nous prive de cette énergie précieuse et en conséquence, chaque nouvelle situation est perçue comme dangereuse, voire risquée. Le cerveau déclenche automatiquement une réaction de stress et nous incite à fuir, à lutter ou au contraire, à nous immobiliser face à ce danger potentiel.

Comment savoir si nos intentions sont de véritables « bonnes résolutions » ?

Notre cerveau n’aime pas les changements car ils sont souvent source de stress, de perte d’énergie et de temps, et il préfère récompenser nos automatismes et nos vieilles habitudes qui rassurent notre besoin de sécurité et de maîtrise de soi. Même si nos propres expériences nous montrent clairement que rien ne sert de s’appuyer uniquement sur nos bonnes intentions, nous croyons fermement à un monde juste et équitable dans lequel notre parcours de vie s’inscrirait selon une trajectoire prédéfinie.

Dans ce contexte, nos bonnes intentions ne parviennent que rarement au résultat souhaité, à moins qu’elles soient transformées en objectifs précis et qu’elles remplissent les conditions suivantes :

  • le niveau de souffrance est élevé
  • la récompense du changement est également élevée
  • l’engagement émotionnel est suffisamment élevé pour passer à l’action et persévérer dans la durée

Qu’il soit tiré à la fin ou à l’aube d’une nouvelle année, un bilan de situation professionnelle et personnelle est la seule bonne résolution que vous pouvez prendre. A partir de ce bilan, vous tirerez vous-mêmes vos conclusions et fixerez des objectifs réalistes, mesurables et surtout atteignables !

Vous souhaitez couronner vos résolutions de succès? Faites un bilan et Devenez un.e entrepreneur.e de votre vie !

Votre décision de réorienter votre parcours professionnel est prise? Devenez l’expert de la planification de votre carrière 4.0 !

Hélène Ducret

Read more ...

La médiation, une approche résolument humaniste



L’être humain passe sa vie a essayer de combler ses besoins et ses désirs. C’est une fonction constituante qui ne sert pas seulement à garantir notre propre survie mais aussi celle de notre espèce.


Un conflit naît quand notre désir est entravé par le désir de l’autre 

Or, dans le conflit, nous détournons notre attention de l’objet du désir pour nous focaliser, comme par obsession, sur l’autre, laissant la place à une peur insidieuse qui nous prive de nos repères et nous fait réagir instinctivement. Dans cet état d’esprit de surcharge émotionnelle, où nous sommes coupés de nos fonctions cognitives les plus élémentaires, telles que la réflexion ou la prise de recul, le conflit peut rapidement basculer dans le chaos.

Ne nous voilons pas la face ! Il n’y a pas de conflit sans violence. Afin de juguler sa souffrance liée à cette violence, l’être humain va de façon inconsciente, faire endosser le rôle du bouc émissaire à ceux qui l’entourent. Jeter la faute sur l’autre et se dédouaner de sa part de responsabilité est un mécanisme stéréotypé. Les relations professionnelles ou privées ainsi affectées se transforment en source de stress ce qui entraine inévitablement une baisse de la performance, de la motivation et du bien-être physique et psychologique.

La médiation intervient à un niveau préventif avant l’explosion du conflit ou avant une éventuelle action en justice.

On peut distinguer 3 formes de violence menant à des souffrances non reconnues.

  • La violence intériorisée est un choc reçu lorsque nous sommes confrontés à la parole ou à l’acte inacceptable de l’autre.
  • La violence émotionnelle, qui précède la violence verbale et physique, a un caractère insidieux. Elle se présente souvent sous forme de harcèlement répété et de non-dit.
  • La violence verbale, contrairement à la violence physique, n’est que rarement prise en compte par la justice et nous laisse sans moyens concrets face à ses auteurs.
    (Morineau, L’esprit de la médiation 2010)

Que pouvons nous faire ?

La souffrance non reconnue pousse la personne blessée à déployer ses mécanismes de défense. Son instinct de survie s’active et ses stratégies mènent inexorablement à l’expression de la violence. Soit elle est exprimée de façon tonitruante par des gestes, des paroles ou des actions offensives, soit elle est refoulée et exprimée par des pensées, des ressentiments ou des actions défensives.   

La médiation permet une mise en commun et une expression de la violence en offrant aux parties de revivre leurs souffrances et à se réapproprier leur destin dans le cadre bienveillant garanti par le médiateur.

Les parties viennent généralement en médiation avec un fort sentiment de frustration et d’impuissance. Une des premières fonctions de la médiation sera de débloquer ce vécu statique et de le transformer en un vécu dynamique rendant à chacun sa capacité d’agir. Le questionnement intérieur fera émerger les émotions refoulées permettant ainsi de les accepter et de se poser les vraies questions, de sorte que les parties puissent trouver elles-mêmes une solution au conflit.

Vous rencontrez des situations conflictuelles dans votre entreprise ou sur votre place de travail ? Tentez la médiation professionnelle !

Flore Lakhdhar

Read more ...

Bal viennois à Genève: Danser des relations harmonieuses



6 juin 2019:
Un bal viennois traditionnel, c’est un tourbillon de mouvements et de relations par excellence.


La tradition des bals viennois est connue dans le monde entier. Dans de nombreuses villes telles que New York, Zurich, Bruxelles ou Paris, cette tradition annuelle fait partie intégrante de la vie sociale et culturelle, et ceci dès le plus jeune âge. Force est de constater que l’engouement pour cette tradition, basée sur l’échange et le partage au travers de la musique et de la danse, ne cesse de croître.

Après le spectacle d’ouverture des débutants, des jeunes filles en robe blanche au bras des jeunes hommes en smoking élégant, la piste de danse accueille l’ensemble des invités. Ces derniers déambulent de table en table, tout en partageant un verre et quelques petits fours et délices autrichiens. Certains en profitent pour parler d’affaires tandis que les autres trouvent parfois l’amour ou des amitiés pour la vie. Les cavaliers sont fiers de leurs élégantes partenaires, et ces dames apprécient de porter des robes magnifiques et d’être les « reines » d’un soir. Il ne faut pas oublier qu’un bal unit souvent des générations et une société toute entière dans une ambiance musicale harmonieuse et décontractée, rythmée de valses, de swing et de jazz.

Selon les dernières études lancées par la Chambre de commerce de Vienne, environ 80% des participants déclarent « aimer passer cette soirée en priorité avec leur partenaire de vie », et 35% parmi eux souhaiteraient aussi rencontrer des partenaires commerciaux.

Ce premier bal viennois de Genève se déroulera le 6 juin 2019 au sein du prestigieux Ritz Carlton Hôtel de la Paix. En 2020, un 2ème bal se tiendra au sein du décor unique de la Salle des Pas perdus du Palais des Nations, à l’endroit même où en 1937 le président de la 8ème assemblée de la Société Des Nations, le prédécesseur de l’ONU, Son Altesse Aga Khan, conviait ses invités à une soirée dansante. L’ONU accueillera ce bal afin de rappeler l’importance d’une institution dédiée au maintien de la paix et au respect du multilatéralisme.

Le concept de bal viennois n’est pas seulement un moyen de « réseautage ». Il permet aussi de véhiculer un message, celui de l’importance des relations saines et harmonieuses, bases essentielles pour le maintien de la paix dans nos familles, dans nos équipes de travail et dans nos relatons sociales. Impact4you a pour vocation de vous soutenir dans la réussite de votre vie professionnelle et privée et de ce fait, a choisi de devenir un sponsor privilégié de cet événement emblématique.

Nous sommes convaincus que le meilleur reste à venir! A l’occasion de l’évènement du 1er Bal viennois le 6 Juin 2019, Impact4you a le plaisir de vous offrir 10% de réduction sur le cours «Devenir un Manager Coach», le programme du « Portfolio de carrière » et de la « Médiation » professionnelle et familiale et ceci jusqu’au 31 décembre 2020. Indiquez simplement le code promotionnel « Amis de la musique de bal viennois » dans votre demande.

Servus et à bientôt.

Bulletin d’inscription Bal viennois le 6 juin 2019

Hélène Ducret

Read more ...

50 ans et plus: Aspirer à un avenir professionnel radieux

Avoir 50 ans et plus vous semble être un souci, mais est-ce vraiment le cas?


Dans la conjoncture actuelle, et plus particulièrement avec l’accélération de la transformation numérique, continuer à exercer son métier et à faire reconnaître ses atouts, ses compétences ainsi que son expérience professionnelle, relève du parcours du combattant.

Dans cette course folle s’invitent les préjugés bien enracinés qui pointent leur doigt sur les seniors d’une manière injuste : Inflexibilité, dépassement par la technologie moderne, démotivation, lenteur ou pire encore, résistance à toute innovation et changement. On dirait que le conflit intergénérationnel sur le marché du travail a largement dépassé celui de l’égalité entre hommes et femmes. 

Selon les chiffres suisses, publiés en décembre 2018 par l’OFS, ils confirment que la tranche d’âge des 50-64 ans est davantage frappée par le chômage de longue durée que les plus jeunes, et de nombreux seniors sont appelés à demander de l’aide. (24H, 16 janvier 2019)

Pourtant, avoir 50 ans et plus est un faux problème pour l’entreprise.  Lors de l’embauche ou d’une évolution en poste, un quinquagénaire a beaucoup moins de zones d’ombres sur sa façon de fonctionner qu’un trentenaire et il ou elle peut faire valoir un historique professionnel transparent et convaincant, ce qui réduit considérablement le risque pour l’entreprise de faire un mauvais choix de personne. Que faudra-t-il alors faire pour renverser la triste situation des milliers de plus de 50 ans bloqués au chômage et à l’assistance sociale ou de ceux qui craignent un licenciement économique avant l’âge légal de la retraite?

Une solution viable pour tous ne peut venir que si nous parlons de ce qui est. Il serait illusoire de parler du travail sans parler du travailleur et des entreprises en même temps. Ce partenariat a un nom et s’appelle « Employabilité » , s’appuie sur une responsabilité partagée entre tous les acteurs de l’économie du travail et promet une issue heureuse de l’impasse. Utopique? Certainement pas! C’est un défi d’une réalité d’aujourd’hui en accélération vertigineuse que l’équipe de Impact4you est prête à relever avec vous et pour vous.

Nous sommes convaincus que le meilleur reste encore à venir. De ce fait, rejoignez-nous le 26 juin 2019 au Pavillon Audrey Hepburn à Tolochenaz, à 2 minutes de la sortie Autoroute Morges Ouest, pour découvrir les possibilités de valoriser vos accomplissements et vous préparer à un avenir professionnel radieux.

Hélène Ducret

AGENDA et Flyer Conférence-Réseautage

Read more ...

Le Manager-Coach: Tendance ou Évolution ?

Coacher son équipe d’une manière efficiente commence par l’adoption d’un principe fondamental : croire dans le potentiel des individus qui la constitue

Qu’y a-t-il de différent aujourd’hui dans la façon de diriger son équipe ?

De nos jours, un manager doit osciller entre différents rôles et porter aussi des casquettes différentes selon la situation et les circonstances particulières. Il est tantôt organisateur, formateur, conseiller, soutien personnel, coordinateur, expert, contrôleur ou encore développeur de son équipe. Son rôle de lien entre la direction de l’entreprise et de son équipe a pour but parfois la prospérité, souvent l’équilibre et bien évidemment la performance et les résultats, qui sont dans tous les cas imposés aux entreprises.

Pour alterner ces rôles, de nouvelles compétences sont aujourd’hui recherchées en lui et il n’a plus forcément à être l’expert ultime de référence, bien que pour sa crédibilité, sa connaissance technique soit toujours importante, son rôle a muté vers celui qui accompagne, boost et développe le potentiel et la performance de son équipe. « Voir des sujets en croissance plutôt que des objets de production » (Lenhardt 1993).

Vouloir coacher son équipe d’une manière efficiente commence avant tout par l’adoption d’un principe fondamental, celui de croire sans restriction dans le potentiel des individus qui la constitue. Un principe simple mais difficile à enraciner dans nos pratiques et nos relations professionnelles. Les vieilles représentations du management, faites majoritairement de conseils, de directives, voire au mieux de visions nébuleuses, ont malheureusement toujours la cote surtout dans les situations de changement, alors qu’elles sont seulement efficaces dans les situations d’urgence ou de crise quand le rôle du manager exige de « trancher ». Au contraire, l’accompagnement par le coaching, qui semble à priori prendre du temps au manager, s’avère extrêmement efficace dans presque toutes les autres situations de management.

En effet, un accompagnement ciblé sur le potentiel et les ressources du collaborateur s’avère un bien meilleur vecteur de solutions, d’apprentissage, de performance, de motivation et d’engagement personnel. Le soutien au collaborateur par des techniques de coaching lui permettra de trouver une solution différente, voire innovante à une situation problématique qu’il rencontre, et ceci de façon plus performante tout en se développant et en gagnant en motivation. C’est aussi pour le manager une façon positive de soutenir l’ensemble de son équipe, facilitant sa propre gestion managériale avec plus de créativité, de plaisir et ceci sans déroger aux besoins organisationnels. Il pourra ainsi faire face aux contraintes de l’entreprise tout en ayant du temps à disposition pour développer ses propres compétences, avancer et faire évoluer sa carrière et soigner son employabilité à long terme.

La posture du Manager-Coach n’est pas seulement un rôle mais aussi une méthode d’intervention (Maela Paul, 2004) qui répond à une déontologie, une formation et des techniques professionnelles pour lesquelles l’intérêt est grandissant vu ce qu’il peut apporter à l’organisation et au développement des individus dans l’entreprise.

Sandra Trincat

Agenda et Formation Manager Coach

Read more ...

Prendre soin de soi – Les coups de cœur

Nous sommes appelées à mieux nous écouter, nous respecter et nous aimer.
Même si cela n’est pas facile.

En ce temps de l’Avent, j’ai envie de partager avec vous quelques informations et coups de cœur.

2018 a été une année éprouvante pour beaucoup, en particulier pour les femmes, y compris moi, avec des prises de conscience sur notre manière de fonctionner et les remises en questions qui en découlent. Ce que je retiens et que j’ai appris de ces expériences, c’est que nous sommes appelées à mieux nous écouter, nous respecter et nous aimer. Même si cela n’est pas facile, je suis reconnaissante de ce chemin qui m’a permis de découvrir ou mettre en pratique des outils pour m’aider au quotidien.

Le premier outil qui me vient à l’esprit est la pratique de la gratitude, chercher et écrire chaque jour 3 choses pour lesquelles je suis reconnaissante et heureuse. L’exercice qui parait un peu anodin voire niais de prime abord, s’avère un puissant outil pour déconnecter notre cerveau des pensées négatives. En effet, il ne peut pas à la fois être en mode rumination et reconnaissance, et pendant le moment ou je pratique cet exercice, j’effectue une sorte de remise à zéro facilement.

Cet exercice me permet de vous parler du site  https://www.changemavie.com/  créé par Clothide Dussoulier, auteure culinaire que je lis depuis de nombreuses années, sur lequel elle nous partage ses réflexions, ses découvertes et ses outils d’hygiène émotionnelle. Je ne peux que vous encourager à le découvrir et picorer ce qui correspond le mieux à votre envie et votre état d’esprit.

La deuxième clé importante de 2018, a été d’écouter mon propre rythme, de me fixer des priorités, de ralentir, de faire une chose à la fois, d’être dans ce que je fais, d’être dans ma respiration, encore et encore, d’y revenir avec bienveillance  1, 10 ou 100 fois par jour. Pour m’aider à cela, je pratique depuis quelques mois la méditation « loving kindness ». Vous trouverez un article sur celle-ci sur le blog de mon site internet https://parenthesepoursoi.ch

Quant aux traditionnels vœux de saison, je souhaite que chacune et chacun puisse vivre cette période en douceur, en s’ajustant autant que possible à son propre rythme avec bienveillance envers vous-même et en privilégiant les priorités de votre vie.

Excellentes fêtes de fin d’année …

Nathalie de Carli

Read more ...